Accueil > Dossier Le Bassin Adour Garonne > La lutte contre les pollutions diffuses
Pollution industrielle
La réduction des pollutions diffuses
Dans les années qui ont suivi la mise en place des agences de l’eau, il importait d’agir au plus vite contre les pollutions concentrées, liées aux rejets urbains et industriels. Il demeure encore quelques points noirs de pollution, avec quelques agglomérations qui ne traitent pas leurs eaux usées au niveau où elles devraient l’être, et quelques industriels qui doivent encore réduire leur pollution.

L’effort engagé doit donc être poursuivi. Mais, pour l’essentiel, la politique de l’eau menée sur le Bassin Adour Garonne a abouti à des résultats incontestables. Aujourd’hui, c’est la réduction des pollutions diffuses qui est à l’ordre du jour. Elle concerne essentiellement trois sources de pollution : les activités agricoles, l’assainissement autonome et les déchets toxiques des petites entreprises et des artisans.

Effort des pratiques d'irrigation
Concernant l’agriculture, l’effort porte principalement sur l’évolution des pratiques d’utilisation des engrais et des pesticides, ainsi que sur celle des pratiques d’irrigation. Le monde agricole est directement associé à cette démarche, par l’intermédiaire de ses représentants professionnels (chambres d’agriculture, syndicats professionnels), ainsi que des organismes de recherches et d’études qui interviennent dans ce secteur : INRA, Institut des Céréales et des Fourrages, Institut Technique du porc…etc.

L’assainissement autonome représente une autre priorité de la politique de l’eau en Adour-Garonne. Ce type de traitement des eaux usées domestiques est bien adapté à un habitat dispersé, pour lequel la mise en place d’un assainissement collectif, avec son réseau de collecte et son unité d’épuration, ne serait pas viable sur le plan économique. Chaque maison est ainsi équipée d’une fosse septique. Sur le Bassin Adour-Garonne, on compte près de 1 200 000 habitations équipées d’un assainissement autonome.

Elles sont essentiellement concentrées dans les petites communes rurales ou dans des zones où les milieux naturels sont particulièrement fragiles. Les eaux usées, chargées d’une pollution organique qui est parfois insuffisamment traitée, peuvent ainsi aboutir dans des petits ruisseaux ou dans des petites rivières qui ont des capacités d’autoépuration limitées. On estime aujourd’hui qu’environ 5 à 7% des installations existantes ne fonctionnement pas correctement. Ce qui représente environ 72 000 personnes. D’autre part, il importe que les constructions neuves soient équipées de dispositifs répondant aux normes et aux contraintes en vigueur.

Collecte des déchets
La politique mise en œuvre au niveau du Bassin Adour Garonne consiste à renforcer les moyens de contrôle et de suivi des communes. Ce sont elles qui sont en effet responsables de la qualité de l’assainissement autonome existant sur leurs territoires. En renforçant l’efficacité de ces services et en permettant de réduire les niveaux de pollution dans les zones où prédomine ce type d’assainissement, cette politique vise ainsi à préserver des milieux naturels parmi les plus fragiles.

Les DTQD (Déchets Toxiques en Quantités Dispersés) constituent le troisième volet de cette politique de réduction des pollutions diffuses. De quoi s’agit-il ? Tout simplement de tous ces déchets contenant des éléments toxiques qui sont générés en petites quantités par un grand nombre d’activités professionnelles. Ce sont le plus souvent les petites entreprises du commerce et de l’artisanat qui produisent ces DTQD : peintures, solvants, huiles de vidange des moteurs, goudrons, colles, batteries usagées, huiles alimentaires….etc.

Le gisement des DTQD en Adour Garonne est estimé à environ 80 000 tonnes par an. Parce qu’ils ne sont pas collectés dans de bonnes conditions, ces déchets représentent une source de pollution de l'eau importante. Ils peuvent être directement rejetés dans les réseaux d’assainissement ou, ce qui n’est pas mieux, abandonnés dans la nature. En partenariat avec les représentants du monde professionnels, la politique mise en œuvre vise à développer les filières de collecte des cette catégorie particulière de déchets.