Accueil > Dossier Eau Potable > Contrôle et distribution
Chateau d'eau
Depuis l’usine de production d’eau jusqu’à ce qu’elle jaillisse du robinet à l’intérieur d’une habitation, l’eau emprunte un parcours parfois long de plusieurs dizaines de kilomètres. L’ajout de chlore, en fin de traitement, permet d’éviter le développement de germes pathogènes tout au long de ce trajet et de préserver la qualité de l’eau, depuis le lieu de production jusqu’au consommateur final.

Après sa sortie d’usine, l’eau doit être stockée, soit dans des bassins clos, soit dans des châteaux d’eau. Pour être ensuite distribuée, elle emprunte un réseau de canalisations souterraines, qui la conduisent jusqu’au pied de chaque habitation. En France, ce réseau comprend plus de 600 000 km de tuyaux, soit 15 fois le tour de la terre, auxquels il convient d’ajouter des milliers de vannes, de régulateurs de pression, de regards et autres dispositifs techniques qui permettent de faire circuler cette eau et de la faire jaillir sous pression dans les habitations.

On a parfois tendance à l’oublier, mais le fait de disposer à toute heure du jour et de la nuit d’une eau courante de qualité est une conquête récente, qui résulte du progrès technique. Un simple geste, tourner un robinet, suffit pour avoir facilement accès à cette ressource qui nous est tellement indispensable. Des milliers de générations d’humains qui se sont succédées avant nous n’ont jamais connu un tel confort. D’ailleurs, celui-ci ne s’est vraiment généralisé dans notre société qu’à partir de la seconde moitié du 20ème siècle. Et dans le monde, des centaines de millions d’individus en sont toujours privés.

Laboratoire d'analyses
Le contrôle de la qualité de l’eau potable
L’obligation de garantir la qualité de l’eau distribuée par des contrôles et des analyses régulières est inscrite dans la loi. Comme l’est également l’obligation d’en communiquer les résultats et d’en informer les usagers.

On distingue deux types de contrôle. Les premiers relèvent des compétences des services de l’état et qui sont réalisés sous l’autorité des DDASS1, dans des laboratoires agréés. Les seconds sont réalisés par les exploitants des sites de production d’eau potable. Il s’agit donc d’autocontrôles qui permettent un suivi permanent et régulier de l’eau.

Au total, les services de l’état réalisent plus de 1 million d’analyses par an. Pour la seule ville de Toulouse, l’exploitant - la Compagnie Générale des Eaux mène près de 700 analyses d’autocontrôle par mois. L’eau est ainsi devenue le produit alimentaire le plus contrôlé.

1 Direction Départementale de l'Action Sanitaire et Sociale