Accueil > Pollution > La pollution par les nitrates et les phosphates
En France, la pollution par les nitrates est due pour une part importante au développement d’une agriculture intensive qui a placé notre pays au premier rang des pays producteurs et exportateurs de denrées agricoles. Cette véritable « révolution verte » s’est en grande partie appuyée sur une utilisation massive des engrais permettant d’accroître les rendements. Ces pratiques sont aujourd’hui responsables des fortes concentrations de nitrates que l’on constate non seulement dans les cours d’eau, mais aussi dans les nappes souterraines. Voir le dossier l'eau et l'agriculture.



La part des différentes activités humaines comme sources de pollution par les nitrates
Pollution différée
En effet, si les engrais azotés contribuent à la croissance des végétaux, une partie seulement de l’azote est réellement mobilisée par les plantes. Cet excédent d’engrais a été estimé à 400 000 tonnes en 1997 . Or l’azote minéral est facilement soluble dans l’eau. Sous l’action des bactéries, il se transforme en nitrate et atteint par ruissellement et infiltration les cours d’eau ou les nappes souterraines.

Ce qui distingue cette forme de pollution est son caractère différé. Il faut en effet parfois plusieurs années pour qu’une goutte d’eau chargée de nitrate s’infiltre dans le sol et se retrouve ensuite dans une nappe. La pollution que l’on constate aujourd’hui provient de 20 ou 30 années d’épandages massifs. Près de 30% des cours d’eau français présentent des teneurs excessives en nitrate . Selon les spécialistes, il faudra sans doute autant de temps si l’on diminuait l’utilisation des engrais, pour retrouver une situation normale.
1 Etude du ministère de l’Agriculture, source CNRS
2 Source Vie publique.fr (site internet de la Documentation Française)



Les lessives sont source de pollution
Les phosphates
La pollution par les phosphates provient à la fois de l’utilisation des engrais, des rejets industriels et des rejets domestiques (déjections humaines, détergents, lessives).
On estime ainsi que chaque jour, un individu rejette 35 g de phosphate par jour dont 12 g proviennent de ses excréments et le restant, c'est-à-dire plus de la moitié, provient des détergents et des lessives. Concernant les sources agricoles, on estime que 0,25% à 2,5% du phosphore contenu dans les engrais n’est pas absorbé par les plantes et migre vers les milieux aquatiques. Les phosphates ne sont pas toxiques pour la faune aquatique. Mais leur présence dans l’eau peut contribuer à provoquer certains déséquilibres.


L'eutrophisation des cours d'eau
Eutrophisation et menaces sur l’alimentation en eau potable
Les phosphates représentent en fait un apport de nourriture pour les végétaux aquatiques. Associés aux nitrates, qui sont aussi des engrais pour les végétaux, ils sont à l’origine de l’eutrophisation des cours d’eau.
Ce phénomène se caractérise par un développement excessif des végétaux aquatiques qui envahissent le milieu. A leur mort, ces végétaux constituent alors un apport massif de matière organique qui peut appauvrir le milieu en oxygène.
Par ailleurs, il est aujourd’hui reconnu que de fortes concentrations de nitrates sont dangereuses pour la santé. C’est la raison pour laquelle l’Organisation Mondiale de la Santé a fixé à 50 mg/l la valeur limite de leur concentration pour une eau destinée à la consommation humaine.

La présence de nitrates à des doses qui dépassent largement cette valeur limite, constitue donc une menace pour l’alimentation en eau potable. Elle oblige soit à mettre en place des traitements complémentaires, soit à mobiliser de nouvelles ressources pour pouvoir produire de l’eau potable.
A titre d’exemple, en 10 ans plus de 30% des captages d’eau potable ont du être fermés dans la région Poitou-Charentes pour cause de pollution par les nitrates.